Tout ce que l’Homme et la Nature ont de bon…

Après avoir passé le tunnel du Mont Blanc, le paysage s’ouvre sur la Vallée d’Aoste.

Plus petite région d’Italie, au statut spécial autonome, la Vallée d’Aoste bénéficie d’une autogestion à 90 %. Héritage de sa longue histoire avec les Etats de Savoie et à l’attachement des Valdotains pour leurs racines, le français est langue officielle aux cotés de l’Italien depuis 1948.

On ne tarde pas à en trouver les marques : lieux dits, noms de restaurants ou encore de domaines « francisent » nettement.

Justement, rendez vous au Domaine de la Vrille à Verrayes après avoir passé le lieu-dit Champagne ( ça sonne français non ?!)….
Suivez le chemin qui monte, qui monte, mais n’hésitez pas à tourner!! Les virages sont serrés mais offrent des panoramas d’exception en suspension au dessus des vignes et au cœur des montagnes.
Impossible de se tromper, le chemin s’arrête là, au Domaine de la Vrille à 670m d’altitude chez Hervé et Luciana.

Immersion au sein d’un paradis montagnard aux accents viticole (Hervé) et fermier (Luciana).
Passionnés par leur région, le couple a souhaité, après d’autres vies professionnelles, donner sens à leurs origines et rendre grâce à leur histoire.

Luciana ne manquant ni d’idée ni de courage entreprendra la restauration de la grange pour en faire 4 chambres d’hôtes.
La table d’hôtes complète et apporte un vrai relief à la visite au domaine de la Vrille. Composée uniquement des produits cultivés à la ferme. Quelques serres donnent naissance à une profusion de légumes, anciens et variés, le verger est orné de pommiers, poiriers St Martin, péchés ect … Et puisque nous avons récolté nos 5 fruits ou légumes, nous avons le droit aussi à de la viande : oies, canards, pintades,poules et brebis s’épanouissent au grand air ! …
La table d’hôtes est ouverte le soir à tous ( pas de nécessité de loger dans les chambres pour y avoir accès) mais impératif de réserver.
On y découvre une farandole de mets identitaires Valdotains, intégralement faits maison, et issu de produits de base provenance « 0km » accordés bien-sûr aux vins d’Hervé qui soulignent avec justesse et profondeur la cuisine locale.
Luciana vient entre chaque plat discuter avec ses hôtes et expliquer ses recettes,
une expérience unique à vivre pleinement pour s’imprégner de cette bien généreuse hôtesse.

Mais ne serions-nous pas au paradis?

C’est sans compter sur le pragmatisme d’Hervé :  » non je ne crois pas »
mais que vous manque-t-il ?
 » je dirais plutot qu’il y a des choses en trop, l’abondance administrative… » dit-il malicieux.
On pourrait croire à son tempérament qu’il est né dans sa montagne pour ne pas en sortir, mais pourtant Hervé, né à Marseille et au pied marin a d’abord fait une carrière militaire pour revenir dans les années 90 reprendre les vignes de ses grands-parents.

Le vignoble de la Vallée d’Aoste est le plus petit d’Italie. A ce jour il reste 400 ha alors qu’au XIXème il comptait 4000 ha de vignes.
Perché entre 500 et 1200m d’altitude le vignoble de la Vallée d’Aoste bénéficie d’un climat montagnard froid en hivers, Hervé se désole justement d’une vague de gel sans précédent cette année (2017), aboutissant à la perte de 70% de sa production… Les étés sont quant à eux chauds et secs, compte tenu de la configuration des montagnes et des vents qui soufflent fort et sans discontinuité. On peut dire qu’il ne pleut jamais au Domaine de la Vrille. Afin de soulager des stress hydriques, le disciplinaire autorise l’arrosage des vignes.
Ainsi sur des pentes raides jusqu’à 45%, aux sols pauvres de moraines glaciaires (roche décomposée), les maladies et insectes sont presque absents.
Il n’est pas rare de trouver des vignes en franc de pied dans la vallée, le phylloxéra n’étant parvenu jusqu’à elles. Les vents et l’humidité faible sont les alliés du vigneron. D’une manière générale, les besoins de traitement sont moindres dans cette région.

Hervé, particulièrement, conduit son vignoble de la manière la plus simple possible et dans le respect du végétal et de son environnement.
Conscient avant tout que l’action de l’Homme peut avoir une impacte négative sur dame nature et sur lui-même, son travail acharné est le reflet d’une vision biologique de la culture sans dogmatisme.
Ses 2.5ha pour la plupart plantés en terrasses n’ont jamais subi de traitement herbicide ni pesticide. Seuls soufre et cuivre sont utilisés en fonction de la nécessité. Chaque millésime est différent, ce sont bien les conditions présentes qui dictent la fréquence et le besoin et pas le schéma de protectionnisme systématique.

Le bon sens paysan d’Hervé est combiné à l’authenticité et l’identité des cépages Valdotains.
La surface viticole passant de 4000 à 400 ha,quelques cépages autochtones ont résisté et reflètent la particularité des vins de la Vallée d’Aoste.
A leurs cotés, en lien immédiat avec la proximité géographique, on retrouve des cépages du Piémont, mais aussi du Gamay, Pinot Noir et d’autres encore.

Une DOC encadre les vins de la Vallée d’Aoste selon des sous divisions géographiques et de cépages, exemple : DOC Vallée d’Aoste Chambave ( géographique) ou DOC Vallée d’Aoste Fumin ( cépage autochtone) .

Les 2.5 ha du domaine de la Vrille sont une mosaïque de cépages autochtones et historiques.
On y retrouve le Muscat petits grains pour seul blanc, vinifié en sec et en flétri (passerillage)  sous la DOC Vallée d’Aoste Chambave Muscat ( fletri).
Le petit rouge, cépage autochtone le plus planté en Vallée d’Aoste, le Vuillermin, le moins planté quant à lui, le Fumin et le Cornalin. Par tradition et découlant de l’histoire de la Vallée d’Aoste avec la France on y retrouve les cépages « immigrés » Gamay et Pinot Noir, tous, bénéficiant de la DOC Vallée d’Aoste.

Après avoir arpenté quelques parcelles dont celle à 45% de pente, autant dire, bien que légèrement déviée de mon centre de gravité, je ne perdais pas le Nord et ressentais une véritable impatience et excitation dans l’attente de la dégustation.

Petit passage en cave afin de prendre connaissance du lieu de vinification, la plupart des vins sont vinifiés et élevés en cuve inox, seules quelques cuvées sont entonnées en fût de 228 à 500 l sans bois neuf.
Mise en bouteille et étiquetage sont également effectués au domaine.
Le contrôle de la température de la cuverie est un point clé de l’étape de vinification, les vendanges se déroulent de Septembre à Novembre selon les cépages, en cette dernière période les t° de cave sont trop froides pour permettre la fermentation, il est donc impératif de pouvoir « réchauffer » la t° ambiante.
A l’inverse, le Muscat est coupé en premier, les t° extérieures sont trop importantes et la fermentation partirait trop vite et trop fort, ainsi à cet instant il est indispensable de pouvoir abaisser la t°.
Voilà les seuls interventions techniques. Pour le reste, priorité à l’expression du cépage et de son terroir.

Installés sur une petite table derrière le chalet et surtout proche de l’arrière cuisine de Luciana, le moment de la dégustation arrive enfin.

DOC Vallée d’Aoste Muscat de Chambave 

Son nez intense révèle des arômes floraux, mais aussi la pèche blanche, le raisin frais et une pointe d’herbes sauvages.

Sa bouche se révèle plus en dentelle. La tension attendue et exaucée galbe avec délicatesse le vin. Les arômes s’expriment avec élégance et complexité.

Une allonge modérée permet de se projeter de l’apéritif à table sans crainte que le Muscat l’emporte sur le plat accordé.
Une petite pensée pour la préparation à base de fromage de brebis frais tantot épicé tantot associé à des herbes servies en amuse bouche. Le beignet de fleur de courgette qui a suivi a permis de révélé tout le tonus de ce vin qui a maintenu le gras du beignet.
Sans nul doute, les crustacés, la truite fumée et les fromages de chèvre lui donneront autant de relief.

DOC Vallée d’Aoste Chambave Rouge 

70 % Petit Rouge 30 % Vuillermin

Un nez franc et friand sur les petits fruits rouges croquants laisse à penser que ce vin sera facile et gourmand.
La bouche ne dément pas. Fluide et souple, la fraîcheur du fruit est préservée, sans concentration.
Le profil montagnard est fidèle à une consommation désaltérante et conviviale, pour l’apéritif autour des spécialités charcutières telles que la Motsetta (viande séchée de chamois) ou la fabuleuse saucisse sèche au fenouil que Luciana nous a proposé.

 

 

DOC Vallée d’Aoste Gamay 

J’étais impatiente de découvrir ce que le Gamay révélerait à 600m.
On y découvre les notes de fraises typiques du cépage ainsi qu’une floralité douce. La structure bien équilibrée entre acidité et tanins fins mais présents, me fait penser que granit ( Beaujolais) et moraines glaciaires (Vallée d’Aoste) ont pour point commun d’être des sols pauvres.
Hervé complexé par les Gamays du Beaujolais décrit son vin de manière modeste.
J’y ai personnellement trouvé un grand plaisir, pour un vin précis avec juste ce qu’il faut de profondeur.
S’il n’était pas en rupture au domaine, j’en aurait bien ramené !

 

DOC Vallée d’Aoste Cornalin 
100% Cornalin , cépage autochtone Valdotain.

On retrouve cette sensation particulière de sentir et déguster quelques chose d’unique, jamais rencontré.
Le nez est d’une puissance supérieure aux cuvées précédentes.
J’y ai retrouvé une combinaison surprenante de violette, cassis et d’herbes sauvages : sauge, thym …
La bouche révèle une charpente de bonne tenue, soutenant une chair ample. Un vin distingué qui laisse bien rêveur quant aux accords…
Les pâtes fraîches sauce ragoût de mouton de Luci’ ont souligné les notes d’herbes sauvages … Hum …. authentique découverte…

 

DOC Vallée d’Aoste Fumin 

100 % Fumin, cépage autochtone Valdotain, élevé en cuve 12 mois et réservé 24 mois en bouteille avant mise en circulation.

Robe, nez et bouche affirment une profondeur remarquable.
Le poivre de sichouan enlace les fruits noirs murs mais frais puis le clou de girofle rehausse l’intensité. Cette complexité aromatique s’exprime de manière extrêmement élégante et précise.
La bouche est d’une densité sensuelle gainée par des tanins murs.
La persistance et l’allonge projettent une évolution lente mais généreuse, prémices d’un vieillissement heureux.
Ici dégusté avec l’oie au poivre de Madagascar de Luciana, l’écho était parfait … Ce vin envoûtant laisse place à toute la richesse de notre gastronomie. Un véritable coup de cœur Valdotain !

DOC Vallée d’Aoste Chambave Muscat flétri

Obtenu au prix d’un travail très rigoureux, sélection des grappes, tri des grains puis séchage en caissettes, le Flétri est ce que nous appelons passerillage.
Un labeur long et délicat retranscrit à la perfection dans ce vin.
La subtilité aromatique et l’intensité enlevée confèrent beaucoup de grâce. Fleurs d’acacias, fruits à chair blanche, pomélo confit, épices douces et herbes sauvages valsent et se charment langoureusement.
Rythmée par un somptueux équilibre, la danse prend toute sa dimension. L’acidité directrice chasse le pas à une sucrosité fondue et intégrée au balai.
La finale est fine et longue, sans aucun doute un très grand liquoreux !
On l’accorderait volontier à quelques fromages affinés ou desserts fruité mais je préfère suivre l’avis d’Hervé : la méditation.
Si le vin doit « traduire la gueule de l’endroit et les tripes de celui qui l’a fait » (J.Puisais) alors Luciana et Hervé ont accompagné leur vignoble de la manière la plus singulière pour révéler l’identité de la Vallée d’Aoste.

«Un verre de vin… C’est le message d’amitié transmis, d’année en année, par plus de cent générations de vignerons.
C’est la prospection de milliers de radicelles pour surprendre le secret de la roche. C’est la sublimation de toute la chaleur d’un été.
C’est le fruit d’une année de labeur du viticulteur… C’est le rire du vendangeur, l’effort du pressureur, l’amour du caviste, sa vigilance, sa compétence pour parfaire le chef-d’œuvre. Tout ce que l’homme a de bon, il le transmet au vin: courage, gaieté, foi, persévérance, amour, optimisme.
Tout ce que la nature a de beau, elle le communique au vin: 
chaleur, force, lumière, couleur, mystère… Le vin, c’est de la matière en marche vers l’esprit et tout cela se voit à travers le cristal.»  Louis Orizet

La vie est faite de rencontres et de hasards, qui, parfois aboutissent à des moments sacrés, il faut simplement savoir les concrétiser et les apprécier.

Remerciements chaleureux à Luciana et Hervé pour leur exceptionnelle hospitalité et générosité.

Retrouver les vins sur  http://leszincorruptibles.com/701-la-vrille pour les particuliers.
Professionnels, me contacter directement lesvinsdelagamine@gmail.com

 

 

Publicités

Un commentaire sur « Tout ce que l’Homme et la Nature ont de bon… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s